DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Géorgie, les feux du souvenir

Vous lisez:

Géorgie, les feux du souvenir

Taille du texte Aa Aa

Des grands feux, un peu partout en Géorgie, pour marquer le premier anniversaire de la guerre russo-géorgienne.

Dans la nuit du 7 au 8 août 2008, la Géorgie lance une attaque contre l’Ossétie du Sud, une région séparatiste. La Russie viendra au secours de cette province pro-russe, remportant une victoire éclair contre l’armée géorgienne. “Ces feux, dit une jeune étudiante, sont un moyen de purifier la Géorgie de l’agression russe.” Chaque partie a sa propre version des faits. Mais même si les analystes estiment que Tbilissi a fait une énorme erreur, l’Occident juge disproportionnée la contre-attaque russe. Côté ossète, le traumatisme est palpable. Zaira vit dans la capitale sud-ossète, Tskinvali : “C‘était horrible, raconte-t-elle, grâce à Dieu on espère que ça ne va pas se répéter. Après une guerre il faut arriver à un accord. Avec les Américains ou avec quelqu’un d’autre, je ne sais pas, en tout cas je sais que ce n’est pas le peuple georgien qui nous combat.” La guerre de 5 jours a fait plus de 600 morts, civils et militaires, en majorité Géorgiens. 192 000 personnes ont été déplacées, 34 000 ne sont pas rentrés chez elles.