DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Géorgie, les feux du souvenir

Vous lisez:

Géorgie, les feux du souvenir

Géorgie, les feux du souvenir
Taille du texte Aa Aa

Des grands feux, un peu partout en Géorgie, pour marquer le premier anniversaire de la guerre russo-géorgienne.

Dans la nuit du 7 au 8 août 2008, la Géorgie lance une attaque contre l’Ossétie du Sud, une région séparatiste. La Russie viendra au secours de cette province pro-russe, remportant une victoire éclair contre l’armée géorgienne. “Ces feux, dit une jeune étudiante, sont un moyen de purifier la Géorgie de l’agression russe.” Chaque partie a sa propre version des faits. Mais même si les analystes estiment que Tbilissi a fait une énorme erreur, l’Occident juge disproportionnée la contre-attaque russe. Côté ossète, le traumatisme est palpable. Zaira vit dans la capitale sud-ossète, Tskinvali : “C‘était horrible, raconte-t-elle, grâce à Dieu on espère que ça ne va pas se répéter. Après une guerre il faut arriver à un accord. Avec les Américains ou avec quelqu’un d’autre, je ne sais pas, en tout cas je sais que ce n’est pas le peuple georgien qui nous combat.” La guerre de 5 jours a fait plus de 600 morts, civils et militaires, en majorité Géorgiens. 192 000 personnes ont été déplacées, 34 000 ne sont pas rentrés chez elles.