DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La police espagnole à pied d'oeuvre après les attentats de l'ETA à Majorque

Vous lisez:

La police espagnole à pied d'oeuvre après les attentats de l'ETA à Majorque

Taille du texte Aa Aa

Vingt-quatre heures après le triple attentat de l’ETA à Palma de Majorque dans l’archipel des Baléares, la police scientifique espagnole mène l’enquête.
 
Trois engins de faible puissance ont explosé hier dans trois lieux très fréquentés des touristes, deux restaurants et un centre commercial. Il n’y a pas de blessé. Les attentats ont été précédés d’un appel téléphonique de l’organisation séparatiste basque.
 
“Il n’y a pas eu de panique, explique une femme présente sur les lieux au moment d’une des explosions. A ce moment-là, nous sommes allés dans le restaurants voisin. Nous avons vu que les personnes qui travaillaient étaient bien, qu’il n’y avait aucun blessé.”
 
Des attaques condamnées par les autorités espagnoles qui ont lancé une véritable traque contre l’ETA. “ Nous privilégions l’hypothèse selon laquelle ils sont toujours dans l‘île et qu’ils n’ont pu la quitter en raison des contrôles renforcés dans les ports et les aéroports, a déclaré le délégué du gouvernement espagnol sur l‘île. Les attentats d’aujourd’hui nous indiquent qu’ils pourraient être encore sur place.”
 
Ces attentats sont survenus quelques heures seulement après que l’ETA a revendiqué cinq attaques perpétrées ces dernières semaines dont celle du 30 juillet à Majorque qui avait tué deux gardes civils et celle du 19 juin au Pays Basque où un inspecteur de police avait été tué.
 
En ciblant le tourisme, l’ETA s’attaque à un secteur clé d’une économie ibérique frappée de plein fouet par la crise.