DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Du sang neuf au Fatah

Vous lisez:

Du sang neuf au Fatah

Taille du texte Aa Aa

La direction du Fatah fait peau neuve pour reconquérir son électorat. Emblématique de cette mue : l’entrée de Marwan Barghouthi, 50 ans, au comité central du principal parti laïc palestinien. Emprisonné à vie en Israël pour son rôle dans l’Intifada de 2000, il fait figure de symbole vivant de la résistance. Nombre de Palestiniens le considèrent comme le successeur naturel de Yasser Arafat, fondateur du Fatah.

Pour la première fois en 20 ans, le parti était réuni en congrès depuis une semaine à Bethléem. Plus de 2000 délégués ont pris part au vote pour renouveler les instances dirigeantes. Ils ont consacré l’avènement d’une nouvelle génération ouvertement hostile à la corruption et au clientélisme qui ont terni l’image du Fatah. Ses figures de proue sont Mohammad Dahlane, 48 ans, et son frère ennemi Jibril Rajoub, 56 ans. Les deux hommes, qui ne s’adressent plus la parole, ont en commun d’avoir dirigé la sécurité préventive palestinienne : Dahlane à Gaza – où il est devenu la bête noire des islamistes du Hamas, qui l’ont baptisé le protégé des Américains – Rajoub, en Cisjordanie. Tous deux ont également fait plusieurs séjours dans les geôles israéliennes où ils ont appris l’hébreu. Un atout pour sortir le processus de paix de l’ornière. Au total, sur les 18 sièges du Comité central soumis à l‘élection, 15 sont revenus à de nouveaux élus. A noter que les délégués renouvelaient également 80 des 120 sièges du Conseil révolutionnaire, le corps parlementaire du mouvement. Ce congrès consacre en tout cas le leadership de Mahmoud Abbas, 74 ans, sur le Fatah, qui l’a plébiscité dès samedi à sa tête, et lui donne les coudées franches à l’approche des prochaines élections palestiniennes, qui devraient se tenir début 2010.