DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Candidates en Afghanistan malgré les menaces

Vous lisez:

Candidates en Afghanistan malgré les menaces

Taille du texte Aa Aa

Une femme parmi les hommes dans l’arène électorale en Afghanistan. C’est un défi qu’Okmina a décidé de relever.

Elle est candidate aux élections provinciales qui sont prévues le 20 août, parallèlement à l‘élection présidentielle. Elle porte des pantalons et parle aux hommes qu’elle ne connaît pas dans la rue. Ce que ne font pas en général les Afghanes. “Les femmes n’ont pas de droits en Afghanistan, souligne Okmina. Même si elles en ont, c’est trop insuffisant. Il y a une énorme différence entre les hommes et les femmes. Un homme, poursuit-elle, peut dire tout ce qu’il désire, mais la voix d’une femme est toujours supprimée.” Presque huit ans après la chute des talibans, le sort des femmes prouve que la présence des troupes étrangères n’a pas entraîné de changement radical pour elles. Alors, certaines Afghanes rêvent d’avoir une femme comme présidente. Shahla Ata est l’une des deux candidates à l‘élection présidentielle. Son objectif : défendre les droits des femmes. “Si je deviens présidente, affirme Shahla Ata, j’en serai fière parce que c’est un défi face aux puissants pouvoirs en place. Si je perds, je vais continuer ma campagne: ce sera quand même un succès pour moi et pour les Afghanes.” Sur les 3000 candidats aux provinciales, environ trois cents sont des femmes. Mais selon un média britannique, beaucoup d’autres ont voulu se présenter, mais leur père ou leur mari le leur ont interdit, au nom de la culture afghane et de l’Islam.