DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Elections en Afghanistan : deux femmes se présentent sur les 41 candidats

Vous lisez:

Elections en Afghanistan : deux femmes se présentent sur les 41 candidats

Taille du texte Aa Aa

Au pays de la Burqa, rien a changé ou presque. Beaucoup de jeunes femmes afghanes nées à l‘étranger, après que leur famille a fui les talibans sont revenues en 2002 car on leur a dit que les talibans c‘était fini et qu’il n’y avait plus de danger. Aujourd’hui si les femmes ont le droit de vote, beaucoup ne l’exerceront pas par peur des représailles des fondamentalistes redevenus très actifs depuis 2 ans.

Officiellement, les femmes ont des droits ici depuis 2002. Mais elles ne sont par exemple que 2 à avoir osé se présenter aux élections présidentielles, sur 41 candidats. Okmina et Shahla Ata se battent pour une cause, davantage que pour une fonction “En tant que femme candidate, explique Shahla Ata, je me bats contre des hommes : 40 hommes. Ils ont de l’argent, je n’ai pas d’argent. Je me présente parce que tout le peuple est derrière moi. Tous ! Les pauvres gens sont derrière moi, les femmes, les enfants, la jeune génération.” Elle sont 5 millions sur les 17 millions d‘électeurs inscrits. Si parmi celles qui vivent dans les grandes villes, beaucoup se déplaceront pour voter, les autres, celles des campagnes, la grande majorité, vivent sous le joug des traditions et des menaces. “Premièrement nous recommandons aux femmes de venir et de voter en dépit de tous les problèmes qu’elles rencontrent et du manque de sécurité, affirme Wojma Jan, militante des droits des femmes. Elles doivent voter pour quelqu’un qui puisse nous secourir face à ces problèmes car ce sont les mêmes problèmes que ceux qui existaient il y a huit ans. Symbole de cette condition de la femme qui n‘évolue pas, une loi récemment très controversée, ratifiée par Hamid Karzaï, qui impose aux femmes chiites de satisfaire les pulsions sexuelles de leurs maris et de recevoir leur autorisation pour sortir de chez elles. Ses adversaires estiment que cette loi peut servir à justifier le viol conjugal Shinkaï Zahine Karokhail se bat tous les jours pour les droits des femmes en Afghanistan. Le dernier combat de cette femme députée au parlement afghan fut notamment cette loi, amendée finalement, mais qui contient toujours certains de ses articles les plus répressifs et ce malgré une condamnation unanime de la communauté internationale. “Bon, en fait, affirme Shinkaï Zahine Karokhail, les femmes dans ce pays ne sont pas considérées comme des êtres humains. Si vraiment c‘était le cas elles devraient bénéficier des droits de l’Homme.” Pour des femmes comme Shinkaï, cette concession électorale de Karzaï à la minorité chiite est une trahison. Pourtant, Karzaï est toujours très populaire, auprès des femmes de Kaboul notamment, qui le voient toujours comme celui qui a réouvert les écoles de filles après la chute des talibans