DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Il y a 20 ans, la première brèche dans le Rideau de fer

Vous lisez:

Il y a 20 ans, la première brèche dans le Rideau de fer

Taille du texte Aa Aa

Certains lieux symbolisent à eux seuls, une rupture dans l’histoire. Non loin d’un mirador: un monument dédié à la liberté. Ici, il y a vingt ans, des centaines d’Est-Allemands ont vu leur vie basculer. C’est dans cette zone encore défigurée de-ci de-là par des barbelés que “la première pierre a été retirée du Mur de Berlin”, pour reprendre les mots de l’ex-chancelier allemand Helmut Kohl. Nous sommes en Hongrie, à Sopron, à la frontière avec l’Autriche.

19 août 1989, 14h57 exactement. Les gardes hongrois ouvrent les barrières à des centaines d’Allemands de l’Est venus participer à un pique-nique pan-européen, organisé par l’opposition hongroise. C’est la première brèche dans le Rideau de fer. Parmi ceux qui y étaient, Dietmar Poguntke qui vit aujourd’hui à Berlin. Il avait 26 ans à l‘époque. “Lorsque j’ai traversé la frontière, raconte-t-il, il y avait cet Autrichien qui m’a dit: “Bienvenue à la liberté!”, il tenait un bout de fil barbelé comme s’il s’agissait d’une rose.” Ce jour-là, six cents personnes, en pleurs, hébétées ou folles de joie, passent la frontière, avant que les grilles ne soient refermées 3 heures plus tard. “Ce que j’ai vu de l’autre côté de la frontière, était incroyable, se souvient un ancien garde hongrois. Il y avait des gens qui pris de panique, continuaient de s’en aller en courant alors qu’ils étaient déjà en Autriche. Il y avait aussi des gens qui s’asseyaient par terre de l’autre côté de la frontière et qui se mettaient à pleurer ou à rire: ils étaient envahi tout à coup par des émotions très diverses.” Comment en est-on arrivé là? Dès le mois de mai, Budapest rompt avec la politique des Blocs et ordonne de ne plus entretenir les 246 kilomètres de barbelés sur la frontière autrichienne. La nouvelle se répand parmi les citoyens de RDA qui se précipitent en Hongrie pour les vacances. Des centaines s’installent devant l’ambassade d’Allemagne de l’Ouest ou dans des camps de réfugiés ouverts par la Hongrie. L’opposition, le Forum démocratique hongrois, a alors l’idée d’un pique-nique paneuropéen ici, à la frontière austro-hongroise. On connaît la suite : le premier exode massif d’Allemands de l’Est depuis la construction du Mur de Berlin en 1961. Deux mois et demi plus tard, le 9 novembre 1989, le Mur tombe, avant que peu après, le bloc communiste ne s’effondre.