DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Qui sont les talibans ?

Vous lisez:

Qui sont les talibans ?

Taille du texte Aa Aa

Dans leur quasi-totalité, les talibans sont issus de l’ethnie Pachtoune. Cette dernière, dominante dans le sud de l’Afghanistan ainsi que dans le nord-ouest du Pakistan voisin a régné sur un vaste territoire pendant des siècles jusqu‘à ce qu’en 1893 les Britanniques fixent une frontière entre les deux pays coupant ainsi le peuple pachtoune en deux. Cette démaraction appelée “la ligne Durand” n’a jamais été reconnue par Kaboul.

Soutenu par le Pakistan, le mouvement Taliban voit le jour en 1994 à Kandahar. “Taliban”, littéralement “étudiant religieux”. La plupart est issue de madrasas, les écoles coraniques. Né alors que l’Afghanistan est ravagé par une guerre civile, le mouvement islamiste promet un retour à la paix. Il cherche surtout à instaurer un islam pur reposant essentiellement sur la charia. En 1996, les talibans s’emparent de Kaboul et deux ans plus tard ils contrôlent la quasi-totalité du pays. À la tête du mouvement islamiste, Mohammad Omar, plus connu sous le nom de Mollah Omar. Cet ancien pasteur de village est notamment accusé par l’occident d’avoir accordeé l’hospitalité à Oussama Ben Laden ainsi qu‘à certains chefs d’Al-Qaïda. Octobre 2001, un mois après les attentats du 11 septembre, les Etats-Unis, soutenus par plusieurs pays européens dont la France bombardent l’Afghanistan. Le régime taliban est renversé. Réfugiés dans les provinces du sud du pays, le Mollah Omar, qui a survécu à l’attaque américaine, et ses hommes, préparent leur riposte. La présence de troupes occidentales sur le sol afghan n’a pas empêché les talibans de restructurer leur mouvement et ils font règner la terreur dans les zones ou ils se sont regroupés. Leur objectif aujourd’hui est de faire échouer les élections et on est bien loin du simple boycott. Les talibans ont promis de tout faire pour empêcher les Afghans d’aller voter, y compris de tuer si nécessaire. Certains talibans ou plutôt ex-taliban se veulent plus modérés. C’est le cas du mollah Abdul m. Surnommé Rocketti face à son habilité à manier la roquette face aux soviétiques, ce pachtoune, membre du Parlement afghan et candidat à la présidentielle tente d’amener les rebelles à rejoindre la table des négociations. Abdul Salam est conscient qu’il ne dirigera jamais l’Afghanistan. Il espère néanmoins arriver à se hisser en position de négociateur entre les Talibans et le gouvernement.