DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Libye fait plier les autorités suisses dans l'affaire du fils Kadhafi

Vous lisez:

La Libye fait plier les autorités suisses dans l'affaire du fils Kadhafi

Taille du texte Aa Aa

Hans-Rudolf Merz, le président de la Confédération helvétique s’est rendu hier à Tripoli où il a présenté ses excuses après l’arrestation en juillet 2008 d’un fils du leader libyen en Suisse. L’affaire avait provoqué l’ire du colonel et empoisonné les relations entre les deux pays.

Hannibal Kadhafi et sa femme avaient été arrêtés dans un palace de Genève après une plainte de deux domestiques pour mauvais traitements. Le couple avait été libéré après deux jours de détention et le paiement d’une forte caution. Deux jours de trop pour l’avocat du gouvernement libyen, Charles Poncet : “Si les autorités suisses et si la diplomatie suisse avaient manoeuvré de façon plus habile, en principe nous avons l’habitude d’avoir une bonne diplomatie, ce problème aurait été résolu à la fin de l‘été de l’année dernière”. Très agacée, Tripoli avait suspendu en représailles ses livraisons de pétrole à la Suisse et retiré aussi des avoirs des banques helvétiques. La Libye qui faisait de cette affaire une question d’honneur a fait monter les enchères selon cet analyste : “Au début il n’y avait qu’une seule condition libyenne, c‘était le classement de l’affaire et on oublie tout. Malheureusement, après le classement de l’affaire, les Libyens avaient montré d’autres exigences qui n‘étaient pas prévues au départ. Donc il y avait une mauvaise volonté”. Le régime libyen a également empêché deux hommes d’affaires suisses de quitter son territoire. Mais après les excuses helvétiques, ils devraient rentrer chez eux d’ici au 1er septembre. Les sociétés suisses vont également faire leur retour sur le marché libyen.