DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La libération d'al-Megrahi n'a fait l'objet d'aucun marchandage, assure le gouvernement britannique

Vous lisez:

La libération d'al-Megrahi n'a fait l'objet d'aucun marchandage, assure le gouvernement britannique

Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement britannique dément avec vigueur avoir fait libérer Abdelbaset al-Megrahi pour obtenir des avantages commerciaux de la Libye, comme l’affirme notamment la presse. A Londres, le ministre du commerce britannique Peter Mandelson a répliqué vivement aux accusations de s‘être livré à un “marchandage d’arrière-boutique”.

“L’idée selon laquelle mon gouvernement et le gouvernement libyen se seraient assis autour d’une table pour se livrer à un troc autour de la remise en liberté d’un prisonnier libyen et en faire un élément d’un quelconque accord commercial… et alors, vous imaginez que Londres aurait téléphoné à l’administration écossaise nationaliste pour lui dire : laissez-le partir ! Ce n’est pas seulement faux, c’est totalement invraisemblable, et en vérité c’est même plutôt insultant”, a déclaré Peter Mandelson. Un fils du colonel Kadhafi, Seif al-Islam, a pourtant publiquement affirmé que la libération d’al-Megrahi avait été au coeur de toutes les négociations commerciales entre son pays et le Royaume-Uni. Et le chef de l’Etat libyen en personne a estimé que cette libération “aurait des conséquences positives sur la coopération” entre les deux pays.