DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ted Kennedy, icône de la gauche américaine

Vous lisez:

Ted Kennedy, icône de la gauche américaine

Taille du texte Aa Aa

Rien ni personne n’aurait pu empêcher Ted Kennedy d’assister à l’investiture du 44ème président des Etats-Unis le 20 janvier 2009.

Défiant un froid glacial, le patriarche du clan Kennedy, voulait une fois de plus démontrer son soutien à Barack Obama. L’effort lui avait coûté un malaise durant le déjeuner au Congrès. Le vieux sénateur démocrate du Massachusetts, avait été operé d’une tumeur cérébrale en juillet 2008. A peine remis de son opération, Ted Kennedy avait fait une apparition inattendue à la la Convention Démocrate de Denver, en août. Ses paroles avaient ému le public : “je vous promets que je serai bien en janvier au Sénat des Etats-Unis.” Ted Kennedy avait choisi de soutenir la candidature de Barack Obama aux primaires démocrates. Jusqu’au bout, il l’a aidé à conquérir la Maison Blanche, un vieux rêve réalisé par procuration. Membre éminent de cette famille autant marquée par la gloire que par la tragédie. Ted est le dernier des neuf enfants de Joseph et Rose. Juriste diplômé de Harvard, il reste d’abord dans l’ombre politique de ses frères ainés. Mais John, à la campagne duquel il a participé, est assasiné en 1963 en pleine gloire. Et Robert, sénateur, est tué à son tour 5 ans plus tard durant la campagne présidentielle de 1968. Ted prononcera son éloge funébre. Après la disparition de ses deux frères, la charge de représenter le clan dans la vie politique nationale et dans le parti échoit naturellement à Ted. Mais un accident de voiture en 1969 sur l‘île de Chappaquiddick dans lequel disparaît sa secrétaire et où il commet un délit de fuite, handicape ses ambitions présidentielles. En 1980 il est battu à l’investiture démocrate par Jimmy Carter. Elu pour la première fois au Sénat en 1962 pour représenter le Massachussets, il a toujours été réélu depuis. Une longévité rare et des batailles célèbres sur toutes les questions sociales comme l‘éducation, la santé ou encore son vote contre la guerre en Irak. Devenu le patriarche du clan Kennedy il avait 5 enfants de deux mariages et était le tuteur des 13 enfants de ses deux frères assassinés.