DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La France fait la chasse aux fraudeurs en Suisse

Vous lisez:

La France fait la chasse aux fraudeurs en Suisse

Taille du texte Aa Aa

Après les Etats-Unis, la France dit avoir récupéré les noms de plusieurs milliers de ses contribuables, 3000 au total, soupconnés de détenir des comptes non déclarés en Suisse. Sans révéler leur identité, ni le nom des trois banques qui ont collaboré, le gouvernement français met la pression sur tous les fraudeurs et veut les pousser à se dénoncer rapidement, d’autant que la cellule de régularisation qui leur permet de négocier va fermer à la fin de l’année. “Quand la cellule de régularisation sera terminée, les pénalités maximum s’appliqueront, affirme le ministre français du budget Eric Woerth. Nous avons aussi la possibilité de transmettre les cas à la justice, lorsque nous l’estimerons utile, pour qu’il y ait des poursuites pénales et c’est évidemment beaucoup plus lourd. Donc c’est pour ça que j’invite tous les Français à régulariser leur situation,” insiste-t-il.

Ces contribuables identifiés par l’administration française ont mis de côté trois milliards d’euros. Or, officiellement, 40 milliards d’euros d’avoirs provenant de France sont placés en Suisse.

D’après une journaliste spécialiste du sujet Myret Zaki, “il y a quand même 3000 comptes pour trois milliards d’euros. Cela signifie un million d’euro par client, ce ne sont pas des grands comptes, des grands clients, estime-t-elle. Pour les grands, grands clients, vous avez en Suisse, des ingénieurs patrimoniaux, des spécialistes de fondations, de trusts qui ont pu créer pour eux, des structures très sophistiquées qui restent étanches au fisc français aujourd’hui et ceux-là possèdent des milliards.”

D’après les autorités suisses, l’accord signé jeudi avec la France levant la protection du secret bancaire n’a aucun lien avec cette liste.

Il s’agit en tout cas d’un signe de bonne volonté alors que la Suisse aspire à sortir la liste grise des paradis fiscaux.