DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Affaire al-Megrahi : "aucune conspiration, aucune accord commercial" assure le Premier ministre britannique

Vous lisez:

Affaire al-Megrahi : "aucune conspiration, aucune accord commercial" assure le Premier ministre britannique

Taille du texte Aa Aa

Libéré pour des raisons médicales, au coeur d’une controverse depuis deux semaines, le libyen Abdelbaset al-Megrahi est en soins intensifs dans un hôpital de Tripoli et n’aurait plus que quelques jours à vivre.

Et c’est pour cette raison, son cancer en phase terminale, que l’unique condamné pour l’attentat de Lockerbie a été libéré, et pour aucune autre, Gordon Brown l’a affirmé ce matin, s’exprimant pour la première fois sur la question: “Il n’y a eu ni conspiration, ni camouflage, ni double jeu, ni accord sur le pétrole, ou tentative d’influencer les ministres écossais” a t il dit tout en reconnaissant que Londres ne souhaitait pas que le libyen meure en prison. Cette libération était dans “les intérêts nationaux du Royaume-Uni”, a t il consenti, évoquant les gestes de Tripoli actuellement sur le terrain du nucléaire et du terrorisme. Une affaire dont s’empare naturellement l’opposition britannique : “D’un coté Gordon brown refuse de donner son opinion sur la libération de ce terroriste et d’un autre coté, il fait savoir aux Libyens qu’il ne devait pas mourir en prison, il joue double jeu”, a estimé le chef des conservateurs, David Cameron. Encore appelé à étudier la question aujourd’hui, le parlement écossais a rejeté par 73 voix contre 50 la décision prise par le ministre de la Justice, venu à nouveau s’expliquer sur cette libération. Renvoyé en libye dans le strict respect de la loi selon les autorités écossaises, Abdelbaset al-Megrahi avait été reçu en triomphe par les libyens, qui en ont fait une victoire politique au moment des cérémonies d’anniversaire du régime de Kadhafi.