DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le joker de Costas Caramanlis

Vous lisez:

Le joker de Costas Caramanlis

Taille du texte Aa Aa

Rencontre aujourd’hui entre le Premier ministre et le président grec pour une dissolution du parlement…

Costas Caramanlis, le chef du gouvernement, a annoncé hier son intention de convoquer des élections anticipées, jouant ainsi un vrai coup de poker, au moment ou son parti est au plus bas dans les sondages. Malgré une gestion de la crise qui a vu la Grèce s’enfoncer encore dans le déficit, le Premier ministre insistait hier soir : “Je demande un mandat populaire pour que nous puissions, avec le bon programme, faire face à la situation internationale difficile”. L’opposition socialiste, qui critique depuis plusieurs mois le Premier ministre, veut sauter sur l’occasion pour prendre le pouvoir… Georges Papandréou, leader socialiste, appelait hier les Grecs à aller de l’avant et faire une nouvelle unité. Avec un déficit public de 5,7% attendu en 2010, selon les prévisions européennes, et une dette de plus de 100% du PIB, la Grèce est en bien mauvaise posture, et la population est sans illusion. “je crois qu’il s’agit d’un moment de faiblesse du gouvernement, c’est une tentative d‘échapper à la situation, explique ce jeune homme. Mais je ne pense pas que quelque chose va changer, que ce soit avec la droite ou la gauche”. “Les deux principaux partis auraient du travailler ensemble pour essayer de nous sortir de la crise, pense ce vieil homme, mais je pense que ce qui les intéresse surtout, c’est de trouver une bonne position politique”. Selon les derniers sondages d’opinion, le Pasok, le parti socialiste, devance la droite de plus de 3%. La droite a subi une baisse importante de popularité, avec sa gestion de la crise, des incendies ravageurs ces deux dernières années, et une bavure policière qui avait entraîné de graves violences en décembre dernier.