DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nouveaux incidents entre Hans et Ouïghours dans la capitale du Xinjiang

Vous lisez:

Nouveaux incidents entre Hans et Ouïghours dans la capitale du Xinjiang

Taille du texte Aa Aa

Les nerfs de la population restent à vif dans la capitale de la province chinoise du Xinjiang. De nouvelles agressions à la seringue ont été signalées samedi dans le centre d’Urumqi. “Trois Ouïghours ont attaqué un enfant de la communauté Han avec une seringue empoisonnée, puis ils se sont enfuis”, a raconté un témoin. “Ces agresseurs doivent être punis par la loi, a ajouté un autre Chinois, et la police ne doit pas les éloigner de nous pour les protéger”.

Les forces de l’ordre, déployées en nombre à Urumqi, ont au contraire pour consigne de tenir les Hans, majoritaires en Chine, à distance des Ouïghours qui sont musulmans. “Le gouvernement a fait arrêter beaucoup de Ouïghours depuis les émeutes du 5 juillet dernier, constate une membre de la communauté Han, mais beaucoup d’entre eux ont été relâchés. Jusqu‘à présent, ils n’ont pas été condamnés. Alors, les Ouïghours peuvent continuer de nous persécuter”. Conséquence de la poursuite des troubles, le chef du parti communiste de la ville d’Urumqi a été limogé samedi. Vendredi, les forces de l’ordre avaient utilisé le gaz lacrymogène pour disperser des manifestants qui réclamaient justement la démission de ce responsable local. Depuis jeudi, les violences ont fait cinq morts à Urumqi.