DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Suisse vs Libye : la polémique enfle

Vous lisez:

Suisse vs Libye : la polémique enfle

Taille du texte Aa Aa

La polémique continue en Suisse autour des “excuses” présentées par le président de la Confédération, Rudolf Merz, à la Libye, pour l’arrestation, en juillet 2008, à Genève, du fils du colonel Kadhafi. Une partie de la classe politique reproche au président d’avoir agi ainsi dans le seul but d’obtenir la libération de deux hommes d’affaires helvétiques, retenus depuis plus d’un an en Libye.

Le président Merz affirme, lui, que ses motivations étaient aussi d’ordre économique et diplomatique, dans la plus pure tradition de la confédération. “C’est une tradition pour nous d’entretenir de bonnes relations avec tous les Etats, s’est-il défendu. Et pour cela, il est nécessaire que notre économie soit en action partout dans le monde.” En tout cas, en Suisse, on attend maintenant la libération des deux hommes d’affaires. Alors que le ministre libyen des Affaires étrangères veut qu’ils soient auparavant jugés. La Libye réclame aussi une caution d’un demi-million d’euros pour les laisser rentrer chez eux. Une caution, c’est justement ce que la justice suisse avait exigée au moment de l’arrestation d’Hannibal, le fils de Kadhafi. Interpellé avec sa femme enceinte dans un grand hôtel genevois, il était alors soupçonné de mauvais traitements sur deux de ses domestiques.