DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Danemark : l'écovillage de Hjortshoj

Vous lisez:

Danemark : l'écovillage de Hjortshoj

Taille du texte Aa Aa

Les 250 résidents de l’ecovillage de Hjortshoj, au Danemark, ont un seul but : trouver un mode de vie durable. Fondé au debut des années 90 près d’Aarhus, et organisé en groupes d’habitations, l’ecovillage suit l‘évolution des techniques de construction, et de production et d‘économie d‘énergie avec une bonne dose d’inventivité.

Pierre Lecuelle, membre fondateur : “Dans les années 80 on se concentrait beaucoup sur les matériaux de construction, maintenant c’est plus tous ce qui est en rapport avec les consommations d‘énérgie. Donc on voit que les derniers groupes ont leur point de fixation sur la consommation d‘énergie plus que sur les matériaux. Ca permet justement à des gens de s’intégrer dans le village avec leur rêve, leur utopie, leurs besoins aussi et de trouver leur place dans cet ecovillage”. Deux nouveaux groupes d’habitations sont en construction pour un total d’une trentaine de nouveaux résidents. C’est là qu’on trouve la première maison passive: tout est écologique, de l’isolation en laine de bois (jusqu‘à 60 centimètres d‘épaisseur !) aux peintures. Quatre cent mille euros d’investissement pour réduire la consommation et les dépenses d‘énergie: Ronni Laursen, resident : “Nous devons d’abord essayer la maison pour voir si elle va être passive. Pour l’instant elle consomme 28 kwh par mètre carré et il faudra descendre à 15 kwh par mètre carré”. Une forêt de saules utilise l’urine d’une vingtaine de maisons comme engrais et, coupée tous les trois ans, se transforme en plaquettes de bois pour la chaufferie du village, qui bientôt produira aussi de l‘éléctricité en cogénération. Les materiaux naturels ne sont pas la seule bonne idée. L’eau de pluie est recupérée et utilisée dans les blanchisseries communes. John Gaggie, resident : “Il ne s’agit pas uniquement d’idéologie, on économise aussi de l’argent en étant écologique. Nous ne sommes pas des martyrs de l‘écologie, nous aimons vivre ici et c’est très économique”. La maison de Pierre a réduit ses besoins en chauffage de 30 à 50% par rapport aux habitations standard. Les astuces et le choix des matériaux, comme la terre extraite pendant la construction des fondations il y a presque 20 ans, fait qu’elle ne consomme plus que 70 kwh par mètre carré par an, contre les 130 d’une maison classique. Pierre Lecuelle : “Le premier principe c’est d’isoler encore plus. On a 30 centimères d’isolation, 35 sur le toit, 20 sur les murs. Il y a l’utilisation de la chaleur passive, c’est à dire tout ce qui vient du soleil doit être utilisé, nous avons des murs “Trombe” qui permettent à l’air frais d‘être pre-chauffé avant d‘être insufflé dans la maison. En été nous chauffons l’eau chaude uniquement avec les capteurs solaires”. Hjortshoj n’est pas seulement un ensemble de maisons écologiques, mais aussi un lieu de vie collective ou chacun est libre d’apporter ses compétences dans le respect de l’environnement. Une quarantaine de groupes de travail prennent soin du verger biodynamique commun, des vaches, des poules. A Hjortshoj tout le monde participe à la mise en place d’un système durable qui n’est pas uniquement reservé à une élite. Le choix de construction, en locatif, en privé, où en HLM, a depuis le debut, ouvert le village à tous les groupes sociaux.

http://www.ecovillage.dk