DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Danemark : une maison "zéro émission de carbone"

Vous lisez:

Danemark : une maison "zéro émission de carbone"

Taille du texte Aa Aa

A Lystrup, dans la banlieue de la ville danoise d’Aarhus, se trouve la première maison active au monde qui produit plus d‘énergie qu’elle en consomme. Elle utilise pour cela cinquante mètres carrés de panneaux solaires et une pompe à chaleur.

Rikke Lildholdt, directeur du projet : “Pendant 8 mois de l’année nous produisons plus d‘électricité que la maison en consomme, et pour les quatre autres mois nous reprenons cette énergie en fait nous livrons l‘énergie aux sociétés d‘électricité et ensuite nous la reprenons, le réseau agit comme une banque d‘électricité”. La maison dispose d’une capacité de production d‘énergie qui dépasse les 60 kwh par mètre carré par an. La famille qui a emménagé dans cette maison en juillet devrait en consommer quelque 53. Elle peut controler sa production d‘électricité et de chaleur sur une base quotidienne, hebdomadaire et mensuelle. Sverre Simonson y habite : “Aujourd’hui nous avons consommé, 5,16 Kwh mais nous avons produit 17,3 kwh et 7 kwh de chaleur solaire”. Les fenêtres et les rideaux controlés par ordinateurs s’ouvrent et se ferment pour réguler automatiquement la température intérieure. La ventilation et le chauffage sont estimés dans 11 endroits différents. La différence par rapport à une maison passive, insiste les concepteurs réside dans le confort. Rikke Lildholdt : “Dans une maison active nous essayons d’apporter ce qui est dehors dans la maison et ce qui est dedans à l’extérieur. Nous avons beaucoup plus de fenêtres, beaucoup plus de lumière du jour, dans une maison active on a de la lumière du jour qui vient des quatre côtés y compris du nord. Dans une maison passive, on ferme ces ouvertures et on récupére le soleil par le sud”. Des capteurs et un ordinateur règlent le tout afin que la maison ne soit pas trop chaude en été et pas trop froide en hiver tout en réduisant la consommation d‘énergie au minimum, quitte à corriger parfois certaines habitudes. Sverre Simonson : “La première nuit nous avions laissé la lumière du couloir allumée pour nos enfants. Et quand nous nous sommes couchés nous nous sommes aperçus que la lumière s’est éteinte au bout de 10 minutes, ce qui nous a fait rire. Ca s’est éteint parce que c’est automatique et que la maison essayait de nous dire que ce n‘était pas une gestion optimale de l‘énergie”. Sept autres maisons actives sont actuellement en construction en Europe. Reste maintenant à en faire baisser le coût, quelque 500 000 euros, pour que le concept deviennent une large réalité.