DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le grand oral d'Obama sur la santé

Vous lisez:

Le grand oral d'Obama sur la santé

Taille du texte Aa Aa

C’est sans doute le discours le plus important depuis le début de son mandat. Barack Obama joue gros ce mercredi soir. Devant le Congrès, le président américain va s’efforcer de convaincre du bien fondé de sa réforme du système de santé. Et la bataille est loin d‘être gagnée. Le projet fait grincer des dents y compris dans le camp démocrate. Avant toute chose, le président veut lever les ambiguités et s’assurer que les Américains savent ce que cette réforme fera pour eux. “Je pense que l’idée, ça passe ou ça casse, est un peu exagérée souligne cet analyste politique. Mais il est évident que c’est un point important car il mise énormément sur son prestique et sa stature politique sur ce seul dossier.”

La réforme de la santé, dossier phare du mandat Obama et malaise des Américains. Lundi, en déplacement dans l’Ohio, le président a appelé à aller de l’avant. “Le Congrès et le pays débattent vigoureusement du sujet depuis maintenant plusieurs mois. Le débat a été constructif. Et c’est important parce qu’au final, nous devons avoir un bon résultat. Mais chaque débat, à un certain moment, doit s’achever. A un certain moment, il est temps de décider, à un certain moment, il est temps d’agir.” La couverture maladie universelle, le candidat Obama l’avait promise aux Américains. Le défi est de taille: mettre en place une assurance publique en concurrence directe avec les assureurs privés. Aujourd’hui, sur plus de 300 millions d’habitants,46 millions d’Américains sont dépourvus de couverture maladie. 25 millions d’autres sont sous-assurés. L’Etat ne prend en charge que les plus vulnérables avec le plan Medicare pour les plus de 65 ans, et le plan Medicaid pour les plus pauvres. Une réforme qui va coûter cher: près de 705 milliards d’euros sur 10 ans. Tout l‘été, les rumeurs les plus folles ont circulé sur cette réforme, une campagne de dénigrement orchestrée notamment par les républicains.