DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Après des mois d'attente, General Motors choisit l'offre de Magna pour le rachat d'Opel et Vauxhall

Vous lisez:

Après des mois d'attente, General Motors choisit l'offre de Magna pour le rachat d'Opel et Vauxhall

Taille du texte Aa Aa

Des points importants restent à négocier affirme la direction de General Motors, en annonçant jeudi sa décision de vendre une participation majoritaire de sa filiale européenne Opel au consortium russo-canadien Magna/Sberbank. Un accord définitif devrait être prêt d’ici quelques semaines, ajoute le communiqué. “Nous sommes confiants, a affirmé John Smith N°2 du constructeur américain, que la solution Magna/Sberbank représente vraiment la meilleure solution pour assurer un développement durable aux marques Opel et Vauxhall” Le gouvernement allemand a promis 4,5 milliards d’euros de garanties d’Etat si la solution Magna l’emportait. Angela Merkel qui avait depuis longtemps apporté son soutien à l’offre du consortium conduit par Magna, s’est félicitée de la décision prise. “Il est clair que la patience et la persévérance du gouvernement ont fini par payer mais ce ne fut pas facile, a déclaré la chancelière allemande. Il est maintenant possible pour Opel et General Motors Europe de repartir vers l’avant”.

Sur la dizaine de sites Opel sur le continent et Vauxhall en Grande Bretagne, la solution Magna prévoit la fermeture progressive de l’usine belge de Anvers qui emploie 2.500 personnes. Magna prévoit aussi des transferts de production du site espagnol de Saragosse vers l’usine allemande de Eisenach. Aucune usine allemande est menacée de fermeture, mais plusieurs milliers d’emplois sont sur la sellette en raison des surcapacités de production. “Il ne fait aucun doute que ça ne sera pas facile avec Magna et qu’il y aura des plans sociaux, affirme un salarié allemand de Opel. Mais il y a une vraie perspective”. Selon la décision prise par le constructeur américain, Magna prendrait 55% du capital d’Opel, les salariés 10% et General Motors garderait 35%.