DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le rachat d'Opel pourrait favoriser la réélection d'Angela Merkel

Vous lisez:

Le rachat d'Opel pourrait favoriser la réélection d'Angela Merkel

Taille du texte Aa Aa

L‘équipementier canadien Magna et la banque russe Sberbank rachètent Opel à dix-sept jours des législatives allemandes : une bonne nouvelle pour la chancelière sortante. Angela Merkel n’a pas caché sa satisfaction en annonçant jeudi la nouvelle : “Je me réjouis vivement de cette décision, qui a été prise en fonction des attentes du gouvernement et qui correspond également aux espoirs des employés.”

Magna a promis de ne pas fermer de sites en Allemagne. Mais pour faire des économies, le Canadien prévoit de supprimer 10.000 des 50.000 emplois du constructeur dans d’autres pays d’Europe, à commencer par la Belgique. La maison mère d’Opel, General Motors, se félicite de la transaction. Le groupe américain devrait en outre garder 35% des parts de ses filiales européennes. “Nous sommes certains que la solution Magna Sberbank et la meilleure pour offrir un avenir viable aux branches Opel et Vauxhall”, souligne le négociateur américain John Smith. Les salariés allemands du groupe gardent le sourire. Quant à ceux de la filiale britannique Vauxhall, ils attendent de connaître les projets de Magna. Les syndicats du Royaume-Uni ont averti qu’ils défendraient le maintien d’un maximum d’emplois.