DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Opel : une reprise qui soulage même s'il reste quelques point d'interrogation

Vous lisez:

Opel : une reprise qui soulage même s'il reste quelques point d'interrogation

Taille du texte Aa Aa

La reprise d’Opel par Magna soulage beaucoup de monde en Allemagne. Mais si les grandes lignes semblent claires, il reste encore à régler les petits détails comme l’avenir des différents sites européens et où seront effectués les coupes qu’elles soient financières ou humaines.

“Ici à Eisenach nous sommes plutôt content du projet Magna. Tous les autres repreneurs voulaient fermer notre site” dit un syndicaliste.

“Nous sommes soulagés, mais il reste quelques incertitudes. Nous allons devoir regarder de près ce qui va se négocier”.

Le gouvernement allemand est également soulagé que General Motors ait enfin pris sa décision, après avoir si longtemps tergiversé. Frank Walter Steinmeier : “C’est un bon jour pour Opel, c’est un bon jour pour les gens d’Opel. Les employés craignaient depuis l’annéer dernière de perdre leurs emplois. Et c’est pourquoi je suis heureux que cette décision ait été prise”. Magna a promis d’encadrer strictement OPEL une fois la prise de contrôle effectuée. Les sites allemands devraient survivre à la restructuration contrairement à celui d’Anvers en Belgique qui sera progressivement fermé et des négociations sont en cours avec les syndicats britanniques pour les sites de Vauxhall victimes de la surcapacité de production. Dix mille emplois sont menacés dont un quart en Allemagne. Magna compte bien garantir une sépration complète entre son activité d‘équipementier et Opel et ceux afin de répondre aux préoccupations exprimées par d’autre constructeurs clients du Canadien. Magna prend 55% de participation dans Opel et General Motors reste à hauteur de 35%.