DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Caucase du Nord au bord de la guerre civile?

Vous lisez:

Le Caucase du Nord au bord de la guerre civile?

Taille du texte Aa Aa

Quatre attaques ont été perpétrées en 48 heures dans le Caucase russe.

Au Daguestan, dans le village de Tanaïr, près de Makhatchkala, quatre rebelles dont une femme ont été éliminés au cours d’une opération spéciale des forces russes. En Tchétchénie, à Grozny, un kamikaze est mort après avoir déclenché sa bombe en approchant une patrouille de police et une école. Trois policiers ont été grièvement blessés dans l’explosion. L‘école a été évacuée après les faits et aucun enfant n’a été blessé. La veille, c’est Nazran en Ingouchie, qui était endeuillée par un attentat suicide. Le kamikaze a fait exploser sa voiture bourrée de 30 kilos de TNT à l’approche d’un poste de contrôle. Un passant a été tué et quatre personnes blessées, dont deux policiers. Et ce samedi, un enquêteur du ministère local de l’Intérieur a également été tué par balle par des inconnus. En proie à une rébellion islamiste, le Caucase russe ou Caucase du Nord, connaît un regain de violence depuis plusieurs mois. 260 personnes y ont été tuées depuis juin, dont une centaine de policiers et de militaires. La Russie a annoncé la fin de l’opération anti-terroriste en Tchétchénie en avril dernier et compte sur le président tchétchène Razman Kadyrov pour normaliser la situation. Mais les troupes russes n’ont opéré aucun retrait massif. Et les foyers d’insurrections ont gagné le Daguestan et l’Ingouchie. Il y a trois jours, les principales ONG russes de défense des droits de l’homme estimaient que cette région se trouvait plongée dans une guerre civile. Les pratiques mafieuses, les enlèvements, les assassinats, les tentatives de corruption et les exactions des forces de l’ordre sont légions dans le Caucase russe.