DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Législatives en Norvège: bientôt le verdict pour Jens Stoltenberg

Vous lisez:

Législatives en Norvège: bientôt le verdict pour Jens Stoltenberg

Taille du texte Aa Aa

Son camp avait remporté les législatives de 2005, mais cette fois-ci, la partie est plus serrée pour le Premier ministre travailliste norvégien. Il y a quatre ans, Jens Stoltenberg avait réussi l’exploit de former un gouvernement de coalition majoritaire au parlement. Cette alliance rouge-verte peut se targuer d’un bon bilan malgré la crise économique. Jens Stoltenberg fait campagne pour son renouvellement et se montre confiant malgré des sondages peu cléments: “Le plus grand ennemi du parti travailliste c’est le parti de ceux qui restent à la maison, autrement dit l’abtentionnisme. Cela va de soit, il faut aller voter…”

A J moins un du vote, les enquêtes d’opinion divergent. Mais mathématiquement, l’opposition pourrait l’emporter. La principale force de droite est le parti du Progrès de Siv Jensen. Ce parti, qualifié de populiste, veut notamment mettre un coup d’arrêt à l’immigration et dénonce “l’islamisation cachée”. Un discours trop sulfureux qui fait fuir les trois autres partis de l’opposition: les libéraux, les chrétiens-démocrates et les conservateurs emmenés par Erna Solberg. Les conservateurs espèrent malgré tout faire le pont entre le parti du Progrès et les autres formations de droite, même si Erna Solberg affirme que “voter pour Siv Jensen revient à voter pour Jens Stoltenberg”. Le problème réside aussi dans le fait que le parti du Progrès est le seul à vouloir puiser dans la manne pétrolière. La Norvège dispose d’un fonds souverain alimenté par les revenus que le pays scandinave tire de l’exploitation pétrolière et gazière. Celui-ci est estimé à 275 milliards d’euros. Depuis 1996, le gouvernement a mis en place un plafond d’utilisation. Ce qui provoque régulièrement le mécontentement de la population norvégienne et l’aternance des gouvernements.