DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La Norvège garde le cap avec la victoire de la coalition de gauche


Norvège

La Norvège garde le cap avec la victoire de la coalition de gauche

C’est une performance pour le Premier ministre sortant norvégien Jens Stoltenberg. Sa coalition de gauche conserve sa majorité absolue au parlement après les élections législatives d’hier. Une continuité rare dans ce pays divisé sur l’utilisation de la manne pétrolière, et où les gouvernements sortants étaient systématiquement sanctionnés depuis 1993.

“Nous avons renforcé notre position en tant que plus grand parti du pays, a déclaré le Premier ministre issu du parti travailliste. Et nous avons confirmé notre position en tant que force motrice dans la politique norvégienne”. Les travaillistes sont alliés au Parti socialiste de gauche et au Parti du Centre. Leur coalition était opposée aux baisses d’impôts et privatisations que proposait l’opposition de droite. Elle a obtenu au total 86 sièges sur 169 au parlement, dont 11 pour les socialistes et 64 pour les travaillistes. A droite, le Parti du Progrès, un mouvement populiste, récolte 41 sièges, dont deux de plus par rapport au scrutin de 2005. Le parti de Siv Jensen a promis pendant la campagne des baisses d’impôts. Elle dénonçait une “islamisation rampante” de la société norvégienne. Les populistes préconisaient en outre le transfert dans des camps en Afrique de demandeurs d’asile déjà arrivés en Norvège. Le parti libéral qui refusait fermement l’idée de gouverner aux côtés de ce mouvement populiste semble avoir fait les frais de cette position. Il a vu ces sièges passés de 8 à 2 au Parlement.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Recomptage de voix, nouvelles élections, que faire pour sortir de l'impasse ?