DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nombreux commentaires autour de la très probable réélection de Barroso

Vous lisez:

Nombreux commentaires autour de la très probable réélection de Barroso

Taille du texte Aa Aa

Dans les couloirs du Parlement de Strasbourg, il semble que tout le monde s’est fait à l’idée que José Manuel Barroso sera réélu ce mercredi. Seule interrogation : quelle sera l’amplitude de sa majorité ?

“Si Barroso est élu avec 320 voix, explique Daniel Cohn-Bendit, co-président du groupe des Verts, il sera donc loin de la majorité absolue, et sa légitimité sera affaiblie. Tout le monde dira alors qu’il a poussé (à son investiture, NDLR) sous le Traité de Nice, parce qu’il savait qu’il ne pourrait pas avoir les 369 voix (nécessaires en cas de vote à la majorité absolue, NDLR). Mais s’il obtient les 369 voix, il aura remporté une victoire d‘étape, il faut le dire simplement”. Les règles de l‘élection sont celles du Traité de Nice, actuellement en vigueur, tant que le Traité de Lisbonne n’a pas été ratifié. Aussi, à l’instar de Jean-Luc Dehaene, les parlementaires pro-Barroso balaient les critiques. “Le Traité (de Nice) dit que le président de la Commission est présenté par le Conseil européen et que le Parlement approuve ou désapprouve. Par ailleurs, le Traité ne prévoit pas qu’il y ait deux candidats”. Et si à Strasbourg, le cas Barroso est considéré comme déjà réglé, en revanche, les discussions vont bon train autour des postes à pourvoir au sein de la future Commission. Parmi les sièges les plus prisés, celui de chargé des Relations extérieures de l’Union.