DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un pas de plus vers une entrée en vigueur toujours hypothétique du Traité de Lisbonne

Vous lisez:

Un pas de plus vers une entrée en vigueur toujours hypothétique du Traité de Lisbonne

Taille du texte Aa Aa

Le Bundesrat, la chambre haute du Parlement allemand, vient d’adopter une législation qui rend la constitution du pays compatible avec le Traité, un Traité censé améliorer le fonctionnement des institutions européennes. La législation votée renforce les pouvoirs du Parlement allemand. Seule manque désormais la signature du chef de l’Etat, Horst Köhler, une simple formalité.

Le sort du Traité n’en reste pas moins suspendu au référendum irlandais et aux signatures présidentielles, non seulement en Allemagne, mais aussi et surtout en Pologne et en République tchèques. Deux pays dont les présidents affichent leur euroscepticisme.

Le Tchèque Vaclav Klaus l’a d’ailleurs clairement dit : si les Irlandais votent une nouvelle fois non au Traité de Lisbonne, lui ne signera pas la ratification pour son pays. Menace à laquelle l’eurodéputé vert Daniel Cohn-Bendit répond par une autre :

“Le problème, c’est comment aujourd’hui l’opinion publique tchèque, le Parlement tchèque, le gouvernement tchèque vont faire leur boulot. Mais de toutes façons, on sait comment cela va se terminer si la ratification n’a pas lieu et que la Commission est faite dans le cadre du Traité de Nice, il n’y aura pas de commissaire tchèque.” Le référendum du 2 octobre en Irlande sera de toute évidence décisif. A en croire un récent sondage, 62% des électeurs irlandais s’apprêtent à voter pour le Traité. En juin 2008, ils l’avaient rejeté à plus de 53%. Depuis, Dublin a obtenu des garanties, comme le respect de sa politique fiscale et le maintien de son commissaire européen.