DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crise du lait : la contestation grandit en Suisse

Vous lisez:

Crise du lait : la contestation grandit en Suisse

Taille du texte Aa Aa

A l’image de leurs collègues dans l’Union européenne, les producteurs de lait suisses se mobilisent contre la baisse des prix. Certains ont décidé de passer à la vente directe, comme Jean Thuler : “Maintenant vu que la crise est là, explique-t-il, j’essaie d’en vendre le plus possible de cette façon tant qu’on fait la grève. S’il y a des consommateurs intéressés, ils peuvent toujours venir.”

Comme en France et en Allemagne, les professionnels réclament une augmentation des prix. Ils vendent leur lait, sous la pression de la grande distribution d’après eux, pour l‘équivalent de 36 centimes d’euros, alors que les coûts de production représentent près du double. De quoi pousser Mariane Crottaz à offrir sa production. “C’est un peu frustrant et écoeurant parce que je trouve qu’on n’est pas soutenu, alors qu’on est quand même une profession qui est la base d’un pays, qui est quand même quelque chose de valable et je crois que les gens ne s’en plus tellement compte, c’est dur surtout pour nos jeunes.” Joël Kuchen, jeune producteur, “se sent triste” : j’ai l’impression, dit-il, que tout le monde se fout de nous, qu’on produit quelque chose qui ne vaut rien.” Contrairement à l’Union européenne, la Suisse goûte déjà à la dérégulation. Depuis mai dernier, le marché laitier ne tient plus compte de quotas, il est passé à un système privé.