DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La "jungle" est vidée de ses habitants

Vous lisez:

La "jungle" est vidée de ses habitants

Taille du texte Aa Aa

La zone surnommée “La jungle”, près de Calais dans le nord de la France, a été investie tôt mardi matin par la police. Beaucoup des jeunes migrants clandestins qui s’y entassent depuis des mois dans des campements de fortune se sont effondrés en larmes, voyant leur rêve d’asile se briser. Ils n’ont opposé aucune résistance aux forces de l’ordre. L’un d’entre eux a eu un malaise.

L’intervention ordonnée par le ministre français de l’Immigration n’a duré que deux heures. Les militants d’associations de défense des sans papiers n’ont pas tenu longtemps en tentant de faire barrage aux centaines de policiers. Finalement, 276 clandestins, en majorité des Afghans de l’ethnie pachtoune, ont été arrêtés, ainsi que deux altermondialistes. Pour l’association Salam, c’est une opération injuste, particulièrement pour les mineurs: “Il n’y a eu vraiment aucun geste de violence de leur part. Ce sont des gamins. Il y avait une cinquantaine de migrants qui étaient mineurs. On ne traite pas des enfants comme ça”. Les clandestins adultes vont être entendus, les mineurs vont être placés dans des centres d’hébergement. Des bulldozers et des camions ont sans tarder détruit tous les campements sauvages autour de Calais. La “jungle” est symboliquement rasée mais depuis la fermeture du centre de réfugiés de Sangatte, en 2002, le problème de l’immigration clandestine dans le nord de la France n’est pas résolu.