DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pittsburgh sous haute sécurité à l'aube du G20

Vous lisez:

Pittsburgh sous haute sécurité à l'aube du G20

Taille du texte Aa Aa

Des milliers de manifestants anti-G20 s’accordent à dire que les 900 policiers et 4000 agents déployés font preuve d’un peu trop de zèle. Les autorités ont même fait de la place dans les prisons de la ville, au cas où…

Car il n’est pas question de revivre le chaos qu‘à connu Seattle lors du sommet de l’OMC, en 1999. L’objectif est de créer des conditions optimales à Pittsburgh pour que les dirigeants des 20 pays les plus riches du globe puissent travailler sur deux dossiers sensibles : le climat et l‘économie. Lors du dernier G20 à Londres, le sommet avait fait table rase des paradis fiscaux. Pourtant certains perdurent, et la France souhaiterait les sanctionner. L’Union européenne veut en outre réformer la surveillance des marchés financiers dès 2010. Les Etats-Unis préfèrent pour leur part réduire les déséquilibres mondiaux. Insuffisant pour l‘économiste David Smick : “Ils arrivent à Pittsburgh avec auto-satisfaction. Ils se disent ‘on a redressé l‘économie mondiale et le système financier’. Mais en réalité ils n’ont pas réglé le problème qui nous a mis dans cette situation. Ils veulent simplement éviter de parler de l’essentiel et faire une belle photo”. L’autre enjeu du G20 sera de trouver un accord sur la réduction des gaz à effet de serre. A trois mois de la conférence de Copenhague, et après un sommet décevant cette semaine à l’ONU, la tâche s’annonce difficile. Mais les militants écologistes sont là pour rappeler aux grands de ce monde que le temps presse.