DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Traité de Lisbonne : l'Irlande ne détient pas à elle seule la clé

Vous lisez:

Traité de Lisbonne : l'Irlande ne détient pas à elle seule la clé

Taille du texte Aa Aa

Ultime coup de collier pour les partisans du oui au Traité de Lisbonne en Irlande… Michael O’Leary, le PDG de Ryanair, a mouillé sa chemise pour inciter les Irlandais à voter en faveur du texte. Le camp du non a mené une campagne tout aussi acharnée, mais le sort du Traité ne sera pas scellé pour autant à l’issue du référendum de ce vendredi. Restent les inconnues tchèque et polonaise, comme le confirment ces deux eurodéputés :

“D’après la constitution tchèque, il revient au président de signer et de clore le processus de ratification. Et s’il refuse de signer, le Traité ne sera pas ratifié. Or sa position sur le Traité de Lisbonne est connue. Il est critique envers le Traité, il n’en veut pas. Il est donc tout à fait possible qu’il le bloque, pour reprendre votre expression”, confirme le Tchèque Hynek Fajmon. “Le président Klaus est en principe opposé au Traité de Lisbonne. Et en Pologne, le président Kaczynski dit qu’il ne veut pas intimider les Irlandais parce qu’il ne veut pas que les petits pays soient intimidés par les plus puissants”, ajoute le Polonais Ryszard Antoni Legutko. L‘épreuve irlandaise ne sera donc pas la dernière. Des sénateurs tchèques viennent d’ailleurs de déposer un nouveau recours contre le Traité.