DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irlande : la crise économique favoriserait le oui au traité de Lisbonne

Vous lisez:

Irlande : la crise économique favoriserait le oui au traité de Lisbonne

Taille du texte Aa Aa

La crise économique et ses conséquences pourraient avoir un impact sur le vote des Irlandais aujourd’hui. Le PIB, le Produit intérieur brut devrait s’effondrer cette année d’environ 8% et le taux de chômage devrait dépasser les 15%, soit trois fois plus qu’en juin 2008. Pour un pays qui a connu une croissance exceptionnelle dans les années 90, le coup est rude. Aussi, cette jeune fille au chômage a décidé de voter oui. “Je pense que ce sera bon pour l‘économie. C’est mieux que de voter non. On pourrait être livré à nous-mêmes en cas de victoire du non.”

Les agriculteurs, eux disent aussi oui à 69% selon un sondage alors qu’ils étaient moins convaincus l’an dernier. Le gouvernement irlandais a déclaré que ce vote était aussi important que la décision de l’Irlande de participer à la construction européenne en 1973. “Les gens ont voté non pour de bonnes raisons la dernière fois, a estimé la ministre irlandaise des affaires familiales et sociales. Ils étaient préoccupés par les problèmes de neutralité, de fiscalité, de droit à la vie, par la perte d’un commissaire. Nos collègues européens nous ont donné des garanties sur ces questions. Et parce que la population regarde vers l’avenir de l‘économie irlandaise et notre place dans l’ Europe, nous croyons que le oui sera majoritaire.” Dans le camp du non: des chauffeurs de taxi. Selon eux, à cause de l’Europe, il est beaucoup plus facile d’obtenir une licence de taxis. Et cela durcit la concurrence. L’homme d’affaires Declan Ganley, qui avait fait triompher le non en 2008, pense que son camp sera une nouvelle fois vainqueur. “Les Irlandais ne seront pas pris pour des idiots. Et en tant que pro-européens, nous ne voterons pas” en faveur de ce traité. Une victoire du non plongerait profondément les 27 dans l’impasse. D’autres ajoutent qu’elle aurait des conséquences au moins temporaires sur l’euro.