DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Irlande : La santé de l'économie pèse à l'heure du vote


Irlande

Irlande : La santé de l'économie pèse à l'heure du vote

Plusieurs dizaines de chauffeurs de taxi ont manifesté ce jeudi pour dire leur opposition au Traité de Lisbonne. Selon eux, à cause de l’Europe, il est beaucoup plus facile d’obtenir une licence de taxis. Et cela augmente la concurrence. C’est donc une des raisons qui justifient leur opposition au texte.

Mais surtout, ces manifestants s’agacent de l’obligation qui leur est faite, de re-voter. “Mon message, explique Dave Weafer, chauffeur de taxi, c’est : je vote non. Les gens ont voté non, la dernière fois, il y a seize mois. Alors pourquoi est-ce qu’aujourd’hui, on nous re-pose la même question ?” Si ceratins campent sur leurs positions, en revanche, d’autres semblent se résigner à voter oui, cette fois. Il faut dire que, depuis le dernier référendum, la crise économique est passée par là. Le nombre de chômeurs a explosé. Alors, certains se disent que ce n’est peut-être pas le moment de tourner le dos à l’Europe. C’est l’avis de Claire Gillespie, jeune chômeuse. “Je pense qu’il vaut mieux voter oui que non, explique-t-elle. Sinon, on sera livré à nous-mêmes.” L’intérêt du oui pour soutenir l‘économie, ce message a été martelé, durant la campagne, par le Premier ministre Brian Cowen. L’homme est très critiqué dans son pays pour sa gestion de la crise économique. Pour les Irlandais, ce qui a changé entre le précédent référendum et celui-là, c’est qu’ils ont obtenu des garanties de la part de Bruxelles, concernant le champ d’application du traité de Lisbonne. Dublin devrait ainsi conserver un portefeuille de commissaire européen, sa neutralité militaire et son interdiction de l’avortement.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Energie nucléaire