DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'heure de vérité a sonné en Irlande pour le traité de Lisbonne

Vous lisez:

L'heure de vérité a sonné en Irlande pour le traité de Lisbonne

Taille du texte Aa Aa

Le premier ministre irlandais Brian Cowen, qui a voté aujourd’hui lors du référendum, espère que ces compatriotes diront majoritairement oui au traité de Lisbonne , après leur non en juin 2008. Cowen avait déclaré que ce vote était aussi important que la décision de l’Irlande de participer à partir de 1973 à la construction européenne

Le sort du traité de Lisbonne, qui ne peut entrer en vigueur que si les 27 l’ont tous ratifié, dépend des électeurs irlandais qui représentent moins d’1% des Européens. “J’ai voté “oui”, souligne une jeune femme. Je ne suis pas complètement certaine des raisons pour lesquelles je l’ai fait, mais je pense que je préfèrerais être vue de manière positive par l’Europe. Et je pense qu’un non n’aurait pas été dans ce sens. Le non me tentait mais j’ai voté oui”. “J’ai voté “non” pour la simple raison que je ne comprends pas ce qu’ils veulent mettre en oeuvre, déplorait de son côté un professeur. Honnêtement, non. Les politiciens en Irlande ne nous ont pas expliqué complètement ce qu’il y a dans le traité de Lisbonne et tant qu’ils ne le feront pas je continuerai à voter non, s’ils continuent à nous faire voter.” Les partisans du non regroupent le petit parti nationaliste de gauche Sinn Fein ainsi que des groupuscules catholiques conservateurs ou d’extrême gauche et le multimillionnaire Declan Ganley. Le camp du oui rassemble la quasi totalité des forces parlementaires, certains des plus grands hommes d’affaire, dont le patron de la compagnie aérienne Ryanair ainsi que le premier syndicat national.