DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les possibles conséquences d'un non au Traité de Lisbonne ?


monde

Les possibles conséquences d'un non au Traité de Lisbonne ?

Que deviendra l’Europe en cas de non ? Deux spécialistes à Bruxelles nous ont livré leur réponse autour d’une bière irlandaise. Coup de frein à l’intégration européenne et affaiblissement de l’euro sont les conséquences les plus fréquemment évoquées. Le correspondant de la télévision serbe, Dusan Gajic, en cite une autre :

“D’une certaine manière, les pays des Balkans peuvent devenir les dommages collatéraux d’une non-adoption du Traité de Lisbonne, en premier lieu si l’Irlande échoue à l’adopter. Et nous observons déjà non seulement une lassitude vis-à-vis de l‘élargissement, mais aussi une réelle réticence dans certains Etats membres.” La Croatie, qui négocie son adhésion depuis 2005 et espère rejoindre les Vingt-sept en 2011 aurait peut-être une chance d’y parvenir. Les autres resteraient à coup sûr à la porte pendant une longue période, à commencer par la Turquie. “Avant le Traité de Lisbonne, le processus d‘élargissement a suivi son cours sous le Traité de Nice, avec des hauts et des bas”, explique Julia De Clerck, du Centre for European Policy Studies. “Le problème est réellement politique. Nous avons entendu le Président Sarkozy et aussi Angela Merkel – qui vient d‘être réélue pour un second mandat – nous dire qu’ils ne voulaient pas que l‘élargissement se poursuive à moins que le Traité de Lisbonne soit ratifié, à moins que la réforme institutionnelle soit faite.” Autre évolution probable, l‘émergence de cette fameuse Europe à deux vitesses ou à géométrie variable, certains pays décidant d’aller de l’avant sans leurs partenaires.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Gilad Shalit vivant, apparemment en bonne santé et souriant