DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La colère des Siciliens, après les glissements de terrain meurtriers

Vous lisez:

La colère des Siciliens, après les glissements de terrain meurtriers

Taille du texte Aa Aa

Dans la ville sicilienne de Messine, on savait qu’une telle catastrophe pouvait se produire. Les bâtiments se construisent à la va-vite, sans plan d’urbanisme, parfois même sans autorisation. Des immeubles avaient même été érigés dans le lit d’un torrent asséché. Jeudi soir, les pluies diluviennes ont provoqué de fortes inondations, et d‘énormes coulées de boues.

Le président italien Giorgio Napolitano s’est rendu sur place. Il a souligné les problèmes d’instabilité du sol. Des problèmes dûs, selon lui, aux constructions illégales. Le chef de l’Etat ajoute qu’il est “nécessaire de dresser un plan d’action sérieux, plutôt que de se lancer dans des projets pharaoniques”. “Si on ne sécurise pas le sol de ces régions”, précise-t-il, “d’autres catastrophes de ce genre pourront se produire”. Dans les rues couvertes de boue, les habitants constatent les dégâts tout en ruminant leur colère. “C’est une tragédie annoncée, assure cet homme. L’an dernier, ils (les dirigeants locaux, NDLR) avaient mis quelques filets de protection, mais cela n’a servi à rien. Le problème, c’est que les politiciens n’ont rien fait, car ici, il n’y avait pas d’argent à empocher.” Un peu plus loin, un autre habitant regarde les secouristes en train de fouiller dans les décombres. Et quand la journaliste lui demande s’il y a encore des disparus, il se mure dans le silence. Le bilan officiel fait état d’au moins dix-huit morts, une trentaine de disparus et près de quatre cent sans-abri.