DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Traité de Lisbonne : la crise économique a joué en faveur du oui

Vous lisez:

Traité de Lisbonne : la crise économique a joué en faveur du oui

Taille du texte Aa Aa

Le Kitty O’Shea, un pub irlandais en face de la commission européenne, affichait complet ce samedi après-midi à Bruxelles. Les expatriés, en grande majorité des partisans du oui au traité de Lisbonne, s’y étaient donnés rendez-vous autour d’une Guiness pour suivre les résultats du référendum d’hier.

Parmi eux, Hugo Brady, chef économiste au Center for European Reform de Londres. “La grande différence entre le premier et le deuxième référendum est que l‘économie irlandaise a viré au désastre entre temps. Donc, l‘élément clé pour une victoire du oui était de faire comprendre aux gens qu’il ne s’agissait pas de sanctionner le gouvernement, qu’en votant contre le traité ils priveraient l’Irlande d’une source d’aide potentielle.” Le message semble avoir fait mouche. D’ailleurs les Irlandais de Bruxelles n’ont pas attendu la confirmation officielle de Dublin pour lever leurs pintes à la ratification du traité de Lisbonne. Tous les regards se tournent à présent vers la Pologne et la République tchèque, derniers Etats membres de l’Union à traîner des pieds sur ce dossier. Leurs présidents continuent de faire de la résistance.