DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Où en sont les socialistes en Europe?

Vous lisez:

Où en sont les socialistes en Europe?

Taille du texte Aa Aa

Une victoire claire et nette, voire écrasante, comme les socialistes n’ont plus l’habitude d’en connaitre. La majorité remportée par le socialiste grec, Giorgos Papandreou, est une exception en Europe, ou la social-démocratie est en recul.

L’exemple le plus cuisant fut la défaite du SPD allemand aux législatives du 27 septembre. Résultat de quatre ans de cohabitation avec les chrétiens-démocrates d’Angela Merkel, une défaite cinglante pour Frank-Walter Steinmeier, dont le parti a enregistré son pire score depuis la 2eme Guerre Mondiale. La tendance en Europe est-elle au conservatisme et au déclin des socialistes. Réponse d’Antonio Missiroli, analyste au European Policy Center : “Il y a des cycles politiques à travers toute l’Union européenne, et ils ne coïncident pas toujours dans les détails, mais n’oublions pas que la semaine dernière, un autre parti socialiste s’en est bien sorti au Portugal. Il y a deux ou trois gouvernements dirigés par des socialistes, particulièrement dans le sud de l’Europe, peut etre faut il réfléchir là-dessus…” Le socialiste portugais José Socrates a remporté un succès indéniable en briguant un deuxième mandat en pleine crise économique, mais il y a laissé des plumes. Le Premier ministre devra gouverner en minorité cette fois-ci. Le Portugal, la Grèce, l’Espagne, le Royaume-Uni, la Slovénie et la Hongrie sont les seuls pays de l’UE gouvernés par les socialistes. Aux Pays-Bas et en Autriche, ils sont dans des gouvernements de coalition avec les chrétiens-démocrates. En minorité en Europe, les socialistes peinent aussi en Espagne, où le gouvernement minoritaire de Zapatero est très contesté pour sa gestion de la crise. Selon un récent sondage, 72% des espagnols ne font plus confiance au Premier ministre. Même scénario, voire pire, au Royaume-Uni ou Gordon Brown a un rendez-vous difficile avec les urnes l’année prochaine. Après 12 années au pouvoir, le Labour a même perdu le soutien du Sun, le tabloïd qui fait la pluie et le beau temps dans le pays.