DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Herta Müller, prix Nobel de littérature, braque les projecteurs sur la dictature

Vous lisez:

Herta Müller, prix Nobel de littérature, braque les projecteurs sur la dictature

Taille du texte Aa Aa

Une attitude modeste, un corps frêle et des yeux perçants. Herta Müller, écrivaine allemande d’origine roumaine, a du mal à réaliser qu’elle est devenue la lauréate du prix Nobel de littérature 2009. Un prix attribué hier par l’Académie suédoise. “Je n’y crois toujours pas. Je le sais, mais je n’y crois toujours pas. Ce n’est toujours pas entré dans ma tête”.

Herta Müller, qui faisait partie d’une minorité germanophone en Roumanie, a vécu sous la dictature de Nicolae Ceasusescu jusqu’en 1987. Ce thème de la dictature se retrouve dans tous ses livres. Elle souligne ne pas avoir oublié “cette peur chaque matin de ne plus exister le soir”. “J’ai vécu pendant plus de 30 ans dans une dictature, précise l‘écrivaine qui a perdu des amis pendant cette période sombre de l’histoire de Roumanie. “On m’a fait partir” et cette “dictature s’est écroulée trois années plus tard. Ce fut un bonheur pour moi”. La distinction de la romancière a apporté la joie et la fierté à Nitchidorf, son village natal situé près de Timisoara en Roumanie, mais aussi à la chancellerie allemande. “20 ans après la chute du mur de Berlin, c’est un merveilleux signe que cette littérature de première qualité et une telle expérience soient honorées par le prix Nobel de littérature”, a déclaré la chancelière Angela Merkel. Le ministre allemand de la Culture a ajouté qu’Herta Müller avait “rendu vivante l’histoire récente des Germano-Roumains” et “montré les blessures infligées sous la dictature” de Ceausescu.