DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Erdogan : l'ouverture de la frontière est conditionnée au Nagorni-Karabakh

Vous lisez:

Erdogan : l'ouverture de la frontière est conditionnée au Nagorni-Karabakh

Taille du texte Aa Aa

La presse turque relève déjà les premiers obstacles sur le chemin de la paix entre la Turquie et l’Arménie. Au lendemain de la signature d’un accord destiné à mettre fin à un siècle d’hostilité, le Premier ministre turc Erdogan est revenu sur la promesse d’ouvrir sa frontière avec l’Arménie :

“On veut que la question des territoires occupés au Nagorni-Karabakh soit résolue. Si le problème entre l’Azerbaïdjan et l’Arménie est résolu, ce sera plus facile pour la communauté turque d’accepter la normalisation des relations entre la Turquie et l’Arménie. Et le parlement turc ratifiera plus facilement l’accord.” La région azerbaïdjanaise du Nagorni-Karabakh a été annexée par l’Arménie après six ans de guerre dans les années 90. La question du territoire séparatiste n’a pas seulement conduit à la fermeture de la frontière turco-arménienne, mais aussi à la rupture des relations diplomatiques. L’autre question épineuse, c’est la reconnaissance du génocide arménien. C’est encore à cause de ce sujet douloureux qu’hier à Zurich l’accord symbolique de paix entre les deux voisins a été signé laborieusement. Un accord qui doit être encore ratifiés par les deux parlements, plutôt hostiles au rapprochement.