DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rapport annuel sur l'élargissement : la Turquie sermonnée

Vous lisez:

Rapport annuel sur l'élargissement : la Turquie sermonnée

Taille du texte Aa Aa

Comme chaque année, la Commission européenne a rendu son rapport évaluant les progrès des pays candidats. Un rapport très attendu, en particulier en Turquie. Le pays doit veiller au respect des libertés fondamentales, sermonne Bruxelles, qui déplore une amende record imposée à un groupe de presse privé.
  
“Nous avons de sérieuses inquiétudes sur l’amende fiscale imposée aux groupe médiatique Dogan. C’est une sanction assez forte et elle pourrait ne pas être uniquement une sanction fiscale. Elle donne aussi l’impression d’une sanction politique”, a déclaré le commissaire européen Olli Rehn.
 
Le groupe Dogan Yayin, très critique envers le gouverment, doit payer 2,2 milliards d’euros pour des arriérés d’impôts, ce qui met en péril sa survie économique. Pour ce journaliste turc, l’intervention européenne est salutaire : 
 
“C’est la partie la plus frappante du rapport parce que c’est la première fois qu’ils accusent la Turquie sur la question de la liberté de la presse, et il y a des manquements. Ils disent aussi très clairement que des pressions politiques sont exercées sur la presse, ce qui n’est pas bon puisque – comme vous le savez – la liberté de la presse est un principe fondamental de l’Union européenne.”
 
Autre préoccupations citées dans ce rapport, la violence conjugale, les crimes d’honneur, les entraves à la liberté de culte et au respect des minorités. A noter tout de même, Bruxelles se félicite du lancement d’un vaste débat public sur la question kurde. 
 
“La plupart des critiques dans ce rapport concernent déjà des questions débattues de manière très intense dans la presse turque, dans les médias turques, dans la société civile turque. Et nous, en tant qu’entreprises, nous plaçons toujours ces problèmes en tête de l’agenda national turque”, souligne le représentant du patronat turc à Bruxelles.
 
Néanmoins, pour donner aussi quelques signes d’encouragement à une Turquie dont plusieurs Etats membres refusent ouvertement l’adhésion, la Commission a salué la réconciliation en cours avec l’Arménie. Elle a aussi écarté toutes nouvelles sanctions, malgré le fait que la Turquie refuse toujours d’ouvrir ses ports et aéroports aux Chypriotes-grecs. Fin 2006, une partie des pourparlers d’adhésion avaient été gelés pour cette raison.