DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Proche-Orient : le rapport Goldstone examiné aux Nations Unies

Vous lisez:

Proche-Orient : le rapport Goldstone examiné aux Nations Unies

Taille du texte Aa Aa

Le 27 décembre 2008 Israël lance ses raids aériens sur la bande de gaza. Des bombardements intensifs qui dureront 5 jours avant que les troupes terrestres n’entrent sur le territoire palestinien. Objectif d’Israël: mettre fins aux tirs de roquettes du Hamas sur son sol…

Dans les faits, des hôpitaux, des écoles, des habitations, et même des agences de l’ONU sont détruits… Israël aurait eu recours à des bombes au phosphore. Le Hamas est accusé de se servir des civils comme boucliers humains. La communauté internationale condamne l’action du gouvernement hébreu et réclame l’arrêt des combats. Un cessez-le-feu est déclaré le 18 janvier 2009. Le bilan est lourd : environ 1 400 morts en majorité des civils palestiniens, 5 000 blessés, et des dommages estimés à 670 millions d’euros. Le conseil des Droits de l’homme des Nations Unies lance une enquête dirigée par le juge sud-africain Richard Goldstone. Ses conclusions : l’Etat hébreu a commis des actions qui équivalent à des Crimes de guerre, voire à des Crimes contre l’Humanité. Le Hamas n’est pas épargné par ce rapport dont les recommandations sont claires : “Le rapport recommande qu’Israël et le Hamas conduisent tous deux des enquêtes indépendantes sur les accusations de Crimes de Guerre pendant la guerre de Gaza. Et le rapport Goldstone recommande que si cela ne se produit pas dans les six mois alors le Conseil de Sécurité devra en réferrer à la Cour de Justice internationale”, assure Bill Van esveld de Human Right Watch. Mais à l’heure des compte, la situation se complique. Les Etats-Unis, fidèles alliés d’Israël, ne veulent pas de ce rapport devant le conseil de sécurité. Ils laissent planer la menace de leur droit de veto pour contrer une éventuelle enquête de la justice internationale contre Israël qui affiche sa colère. “Nous avons de sérieuses inquiétudes à propos du rapport. Il s’attaque de manière partiale à Israël”, dit l’ambassadeur américain auprès des Nations Unies. “De terribles accusations de crisme de Guerre sont portées contre nous. Nous les démentons. Nous avons fait des recherches sur de nombreux points, d’ailleurs 23 d’entre eux sont toujous en cours d’enquête”, explique de son côté l’ambassadrice israélienne. Difficile à l’heure actuelle d’envisager des suites concrètes au rapport Goldstone. Par mesure de précaution, le gouvernement hébreu a tout de même créé une commission pour protéger ses militaires contre d‘éventuelles poursuites judiciaires, et tenter de démontrer que c’est le Hamas qui s’est rendu coupable de crimes de guerre. Ce que souligne aussi le rapport Goldstone, mais pas assez clairement pour Israël et les Etats-Unis.