DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La fleur du mal pousse en Afghanistan

Vous lisez:

La fleur du mal pousse en Afghanistan

Taille du texte Aa Aa

Derrière cette apparente beauté, un marché de plus de 65 milliards de dollars.

La culture du pavot et l’opium font l’objet ce jeudi d’un rapport de l’Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime. Un rapport accablant qui pointe du doigt l‘échec de la communauté internationale dans sa lutte anti- drogue en Afghanistan. Avec 92 % de l’opium produit dans le monde, le pays alimente un marché finançant des insurgés, et des groupes criminels, notamment en Asie centrale, en Russie et dans les Balkans. L’opium et son dérivé l’héroïne sont principalement consommés en Europe, en Russie et en Iran. Avec quinze millions de toxicomanes réguliers, ce fléau fait cent mille morts par an et accentue la progression du virus du sida, rappelle dans son rapport l’office onusien. Alors ce ne sont pas ces quelques tentatives de destructions de champs de pavot qui vont changer la donne. Rien n’arrête les producteurs qui se concentrent aujourd’hui à la frontière Afghano- Pakistanaise… celle où se cachent aussi les Talibans. Les revenus de l’opium, dans le cinquième pays le plus pauvre au monde, bénéficient en partie aux Talibans, qui financent ainsi leur insurrection. L’Afghanistan a été qualifié de “narco-Etat” par la secrétaire d’Etat américaine, Hillary Clinton, soulignant ainsi la complicité entre trafiquants de drogue et responsables gouvernementaux.