DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les facteurs de sa Majesté dans la rue

Vous lisez:

Les facteurs de sa Majesté dans la rue

Taille du texte Aa Aa

A l’instar de La Poste française, la Royal Mail entame ce jeudi une grève de 48h pour protester contre son plan de modernisation. En début d’année déjà, ces employés britanniques avaient réussi à repousser une privatisation partielle de l’entreprise. Pour les syndicats, le nouveau projet est une revanche prise par leur ministre.

“La vérité, c’est que derrière cette dispute, Lord Mandelson, en accord avec les gens qui dirigent cette compagnie – eux-mêmes nommés par le gouvernement – pensent qu’il est temps de se venger parce que nous sommes parvenus à déjouer leur plan de privatisation”, conclut Dave Ward du syndicat CWU. Le ministre travailliste du Commerce, Peter Mandelson, a réussi à se mettre à dos plus de 40.000 fonctionnaires à moins d’un an des législatives. Une aubaine pour le leader de l’opposition conservatrice. En pleine session parlementaire, David Cameron estime ainsi qu’il y a un lien entre cette grève et la faiblesse dont a fait preuve le gouvernement en annulant la réforme. Selon lui, “ce recul n’a fait qu’aggraver le militantisme syndical”. Le Premier ministre lui rétorque qu’“en raison de la modernisation, 40.000 emplois ont déjà été supprimés”. Gordon Brown aurait sans doute voulu éviter de voir ce sujet occuper les débats dans l’arêne politique. Officiellement, les revendications des syndicats portent sur les salaires, l’emploi et la gestion de l’entreprise. Mais c’est bien le spectre de la privatisation qui effraie les syndicats. Et l’embauche de 30.000 intérimaires pour remplacer les grévistes n’arrange rien.