DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le doute s'installe sur le nucléaire iranien

Vous lisez:

Le doute s'installe sur le nucléaire iranien

Taille du texte Aa Aa

Si l’on en croit une source au sein de la négociation, Téhéran préférerait acheter le combustible nucléaire dont il a besoin plutôt que d’accepter l’offre de l’AIEA. Déception du chef de la diplomatie française Bernard Kouchner: “Si les accords ne se faisaient pas, cela serait dommage pour la poursuite des contacts politiques au niveau des cinq plus un à Genève”.

A l’issue de difficiles tractations à Vienne mercredi, un compromis avait pourtant été trouvé. L’Agence internationale de l‘énergie atomique avait proposé au régime iranien de faire enrichir à l‘étranger les trois quarts de son uranium à usage civil. Dès la fin de l’année, Téhéran pourrait ainsi expédier un stock d’uranium faiblement enrichi d’abord en Russie, afin d’augmenter son enrichissement. Puis l’uranium serait envoyé en France afin d‘être converti en combustible pour le réacteur de recherches qui est installé à Téhéran. L’objectif de cette offre est de tester dans un premier temps la volonté de l’Iran ne n’utiliser le combustible nucléaire qu‘à des fins civiles.