DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pas beaucoup de suspens en Tunisie

Vous lisez:

Pas beaucoup de suspens en Tunisie

Taille du texte Aa Aa

Le président Ben Ali, chef de file du Rassemblement Constitutionnel et Démocratique, est assuré de remporter la victoire ce dimanche lors des élections présidentielle et législatives. Il devrait obtenir un score sans appel face à ses opposants : en 2004 il avait été réélu avec plus de 94% des voix. Accusé de museler la presse et les droits de l’Homme, il reste toutefois populaire.

Cet universitaire par exemple espère qu’il gagnera. “Il a tenu ses promesses”, selon lui. Un collectif d’associations tunisiennes dénonce au contraire la place réservée au président sortant dans la presse écrite. Plus de 97% des articles sur la campagne le concernait, contre 0,2% pour son principal rival Ahmed Ibrahim du parti Ettajdid, le parti du Renouveau. C’est le troisième scrutin multipartite en Tunisie mais l’opposition parle de “verrouillage politique” de Ben Ali, au pouvoir depuis 22 ans. Un constat partagé par les associations internationales de défense des droits de l’Homme. “Alors, 22 ans après, lorsque l’on compare la réalité du pays aux promesses qui ont été faites, on peut constater qu’aucune des ces promesses n’a été tenue et qu’en réalité le président Ben Ali a fait exactement l’inverse de ce qu’il avait promis de faire”, estime Patrick Baudoin, le président de la Fédération des Ligues des Droits de l’Homme. Pour autant, Zine El Abidine Ben Ali peut compter sur le soutien des Occidentaux, qui voient en lui un allié et un rempart contre l’extremisme islamiste au Maghreb.