DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Des vignes en Angleterre


terra-viva

Des vignes en Angleterre

En partenariat avec

Près de 130 hectares de vignes, avec une quinzaine de cépages différents. Nous ne sommes pas en France, ni en Italie mais en Angleterre, à une trentaine de kilomètres au sud ouest de Londres. En plein débat sur le réchauffement climatique, le vignoble britannique semble bénéficier des techniques viticoles et d’un thermomètre à la hausse.

Les efforts des producteurs anglais pourraient être récompensés cette année avec au moins en volume la plus importante production jamais vue au nord de la Manche. En tout cas, comme souvent en cours de vendange, les producteurs se montrent satisfaits. Marcus Sharp, directeur des caves Denbies’ : “C’est véritablement une très bonne vendange, les raisons sont bien murs, il y en a beaucoup. La maturité s’améliore. Les volumes s’accroissent, les taux de sucre augmentent et les acides baissent. Chaque année nous produisons plus de vin, cette année je ne sais pas, peut être 400, 500 000 bouteilles”. La révolution viti vinicole britannique n’en est qu‘à ses débuts selon certains experts. Elle espère être reconnue à court terme, surtout si la hausse des températures prévue se confirme, soit entre deux et cinq degrés dans le sud de l’Angleterre et deux degrés en Ecosse. Richard SELLEY, professeur à l’Imperial College: “Une grande partie du sud de l’Angleterre sera trop chaude pour produire du vin. D’ici 2080, on pourrrait bien voir des vignobles dans les Highlands en Ecosse, les Côtes d’Ecosse, comme on pourrait l’appeler. J’ai toujours rêvé d’un vignoble sur la rive nord du Loch Ness, avec du Riesling, du Schönberger et d’autres cépages germaniques qui pourraient être cultivés en terrasse”. Le professeurs Selley, auteur d’un étude sur le passé le présent et l’avenir des vignobles anglais a dressé la carte historique, des romains à nos jours des vignes britanniques.

“Il y a 50 ans, on ne trouvait que très peu de vignes dans ce pays et leur nombre a énormément augmenté depuis le milieu du siècle dernier. On peut voir aussi, avec le temps, que la frontière septentrionale de ces vignes avance vers la frontière entre l’Angleterre et l’Ecosse”.

Le nombre officiel des vignobles était de 333 en 2002, il s’est élevé à 416 l’an dernier. Sur la même période les vignes sont passées de 812 à 1 106 hectares. Et de nouveaux cépages ont fait leur apparition. Chistopher White : “Nous avons constaté les effets du réchauffement climatique. Nous avons donc décidé ces dernières années de planter des cépages qui n’avaient encore jamais poussé au Royaume uni comme du sauvignon blanc. Nous avons pris un vrai risque il y a 20 ans en plantant du Pinot noir, et c’est notre meilleur producteur. La qualité des vins pétillants que nous produisons maintenant au Royaume Uni est très élevée. Nous participons à des concours internationaux et nous gagnons des médailles d’or ce qui était impensable il y a 20 ans”. Les britanniques amateurs de vins semblent apprécier leur vin local. Ces dix dernières années le volume des ventes a presque doublé.

La production britannique record de 3,37 millions de bouteilles en 2006 n’a pas grand chose à voir avec celle de l’Italie, le plus gros producteur avec 4,7 milliards de litres ou encore avec la qualité des vins français mais le changement climatique pourrait ouvrir la porte à de nouveaux venus…

Le choix de la rédaction

Prochain article

terra-viva

Le bon en avant de la Chine verte