DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Mauritanie sous la menace terroriste

Vous lisez:

La Mauritanie sous la menace terroriste

Taille du texte Aa Aa

La Mauritanie, un large territoire africain le long de Atlantique. Le regard est tourné vers l’océan et les pieds plongent dans le désert. Le sable rampe obstinement vers la capitale Nouakchott.

Au fil de l’actualité, la Mauritanie est régulièrement associée au terrorisme. L’ancienne colonie française a été plusieurs fois la cible d’Al Qaïda au Maghreb islamique ces dernières années. Elle s‘étend sur plusieurs milliers de kilomètres et a pour voisins, des pays surnommés le “Triangle du terrorisme” tandis que le désert du Sahara, difficilement contrôlable, est une zone de repli pour les cellules djihadistes. La population mauritanienne de trois millions deux cent mille habitants se compose d’Arabes, de Berbères et d’Africains, la religion principale est l’Islam. Jadis appelé le pays des poètes, la Mauritanie est aujourd’hui surnommé le pays des coups d’Etat. Depuis l’indépendance de la Mauritanie en 1960, cinq coups d’Etat ont réussi. Le dernier remonte à août 2008. Celui qui est devenu le président actuel, le général Mohamed Oueld Abdel Aziz, renverse alors, Sidi Oueld Cheikh Abdallah.Un chef d’Etat auquel une partie de la population reprochait son manque de personnalité et son incapacité à enrayer le terrorisme qui frappe le pays depuis 2005. Le général promet à l‘époque, un meilleur avenir : “le Haut Conseil de l’Etat prend serment devant Dieu et devant vous que tous les problèmes du pays seront résolus, a lancé alors, Mohamed Oueld Abdel Aziz. Les forces de l’armée et de la sécurité expriment leur solidarité avec la démocratie de ce pays.” Mais les opposants, emmenés par Ahmed Oueld Dada, n’ont pas laissé faire. Ils ont retiré leur soutien au putschiste et sont descendus dans les rues pour réclamer l’instauration d’une réelle démocratie. “La Mauritanie mérite des éléctions légales, a réclamé l’opposante Maalouma Bint El-Meddah. Si l’on considère les défis qui nous attendent, il faut constituer notre gouvernement et conserver notre souveraineté. Vous êtes rassemblés ici tous ensemble. Le peuple mauritanien est seul et uni.” Le général, vainqueur des élections présidentielles en juillet dernier, a fait campagne sur la lutte contre le terrorisme. Un engagement très vite contredit dans les faits. Quelques jours après son investiture, une opération suicide a visé l’ambassade de France à Nouakchott. Deux gendarmes français et une passante ont été légèrement blessés et le kamikaze a été tué. Dans les quartiers défavorisés qui forment comme une ceinture de misère autour de la capitale, l’individu semble ici condamné à la pauvreté. une situation sans issue qui peut pousser certains à embrasser la cause des terroristes. En Mauritanie, près de la moitié de population vit en dessous du seuil de pauvreté. “Nous sommes cinq personnes à vivre là depuis 21 ans, raconte cet habitant. L’Etat ne sait rien de notre misère, on vit comme des animaux et nous n’avons aucun toit pour nous abriter décemment.” Dans ces quartiers, nous avons retrouvé la famille du kamikaze qui a visé l’ambassade de France. Elle vit avec ses bêtes. Le père du touriste a accepté de nous répondre. Il exprime ses regrets, de ne pas avoir pu empêcher le geste de son fils : “Tout a commencé il y a un an quand il est venu m’informer qu’il allait au Sénégal pour faire ses études. Et puis on n’a plus eu de nouvelles, on ne savait pas s’il était mort ou vivant. On comptait sur lui pour nous aider à vivre.” Le jour de l’attentat, il affirme ne “s‘être rendu compte de rien, mais la police est venue frapper chez nous à 5h30 du matin.” “Si je m‘étais aperçu du moindre changement, poursuit-il, je n’aurai pas accepté que mon fils commette cet acte et je l’aurais dénoncé aux autorités. C’est de mon devoir de les informer dans un pareil cas.” Autre attaque contre des Français : à Aleg dans le sud du pays. A la veille de Noël 2007, un attentat a visé des touristes.. Ils ont auqtre à avoir été tués, un cinquième a été grièvement blessé. Les autorités y ont vu la marque de salafistes proches d’Al-Qaïda. Mais la cause terroriste n’a trouvé à ce moment-là, que bien peu de supporters. A Aleg, les habitants ont manifesté, au lendemain de l’attaque pour exprimer leur solidarité avec la France. Beaucoup ne comprenaient pas pourquoi des Français étaient visés. “C’est à cause des relations, entre le gouvernement mauritanien et quelques Etats occidentaux notamment la France, qui pourraient devenir une alliance totale, explique Mohamed Abou El-Maali, expert en terrorisme. La France, compte tenu de son histoire coloniale, est considérée par “le groupe islamique armé en Algérie”, numéro un dans la région, comme un allié du gouvernement de l’après-indépendance.” Mais les opérations terroristes contre les étrangers ne visent pas seulement les Français. En juillet 2008, un américain Christophe Lekate, a été tué au plein centre de Nouakchott. Les forces de sécurité mauritaniennes, quatre jours après cette opération, ont employé la manière forte avec les assassins. Ils ont réussi à arrêter le chef du groupe avant le déclenchement de sa ceinture explosive. Il s’apprêtait à commettre une autre attaque. Les autorités ont alors eu le sentiment de remporter une manche contre les terroristes. “L’opération militaire est survenue après un long processus de surveillance étroite de quelques membres de l’organisation d’Al Qaïda au Maghreb islamique AQMI, estime le directeur des services de sécurité Mohamed El-Amin Ould Al-Ahmed. Les membres étaient depuis longtemps, l’objet d’une surveillance très étroite à Nouakchott.” Alors que la Mauritanie et la France comptent renforcer leur coopération dans la lutte contre le terrorisme, l’Union européenne souhaite aussi soutenir les efforts des Etats de la région et notamment la Mauritanie en matière de sécurité.