DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sommet européen : accord a minima sur le climat

Vous lisez:

Sommet européen : accord a minima sur le climat

Taille du texte Aa Aa

100 milliards d’euros par an : c’est ce dont les pays pauvres auront besoin de 2013 à 2020 pour adapter leurs économies au réchauffement climatique.

Les 27 ont validé cet objectif de financement mondial en vue de la conférence de Copenhague sur le climat en décembre. Le montant de la contribution européenne dépendra de l’engagement financier des Etats-Unis et de la Chine. Bruxelles entend bien conserver son rôle moteur dans la lutte contre le changement climatique, et le faire d’une seule voix. “Nous sommes prêts, a déclaré le président de la commission européenne, José Manuel Barroso, engageons nous, faisons de Copenhague un succès !” Gros consommateurs d‘énergies fossiles et donc gros émetteurs de CO2, les pays d’Europe de l’est ont obtenu gain de cause sur la répartition de la facture. La contribution de chacun ne sera pas définie par le seul principe pollueur-payeur. La richesse nationale sera aussi prise en compte. Pour le secrétaire d’Etat polonais à l’intégration européenne, Mikolaj Dowgielewicz, ce n’est que justice. “Croyez moi, un pays comme le mien, la Pologne, a très peu de marge pour réduire ses émissions de CO2 après 2020 parceque nous nous attendons à une forte croissance économique. Nous ne voulons pas devenir un musée du folklore est- européen, a-t-il expliqué. Un effort supplémentaire des pays riches d’europe de l’ouest pour réduire leurs propres émissions serait le bienvenu.” Les 27 auront en tout cas un mandat commun de négociations à Copenhague. D’ici là, la question du financement de l’aide aux pays pauvres sera au coeur du sommet UE-Etats-Unis de mardi à Washington.