DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fiscalité italienne vs banques suisses : Berne hausse le ton

Vous lisez:

Fiscalité italienne vs banques suisses : Berne hausse le ton

Taille du texte Aa Aa

Le président suisse Hans-Rudoolph Merz a décidé de suspendre les discussions engagées avec l’Italie sur un accord de politique fiscale. Il l’a dit ce dimanche dans une interview dans la presse alémanique.

Il s’agit d’une mesure de rétorsion contre Rome. Les autorités suisses n’ont pas apprécié l’opération “coup de poing” menée la semaine dernière par les policiers italiens. “On veut faire savoir à l’Italie, mais aussi aux autres pays qui seraient tentés de faire la même chose, que la Suisse ne se laissera pas marcher dessus”, prévient Filippo Lombardi, élu dans le canton suisse du Tessin. Il ajoute : “Je pense qu’il faudrait envoyer une note à la Commission européenne, pour expliquer que la Suisse veut bien négocier avec les autres pays membres mais qu’elle attend en retour, un comportement correcte à son égard”. Mardi dernier, les forces de l’ordre italiennes ont contrôlé soixante-seize agences de banques suisses, dans les grandes villes de la péninsule. L’opération visait à vérifier si ces établissements coopéraient correctement avec les autorités italiennes. Il faut savoir que Rome a lancé un vaste programme de lutte contre l‘évasion fiscale. Il s’agit de faire revenir des milliards d’euros dissimulés par les Italiens, notamment en Suisse. Naturellement, cela déplaît aux autorités helvétiques, qui ont déjà convoqué l’ambassadeur italien en Suisse pour avoir des explications sur toutes ces perquisitions.