DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Traité de Lisbonne : le président tchèque a signé

Vous lisez:

Traité de Lisbonne : le président tchèque a signé

Taille du texte Aa Aa

Vaclav Klaus a fini par signer, non sans une dernière provocation. En annonçant qu’il avait définitivement ratifié le Traité de Lisbonne, le président tchèque a martelé qu’avec l’entrée en vigueur de ce traité, son pays cesserait d‘être un Etat souverain. Il était le seul dirigeant européen dont la signature manquait. Une résistance qui lui a permis d’arracher une ultime concession à ses partenaires sous la forme d’une dérogation à la Charte européenne des droits fondamentaux. Mais avec la décision de la cour constitutionnelle tchèque ce mardi, plus moyen de louvoyer. Au recours présenté par des proches de Klaus, elle a répondu que le Traité de Lisbonne était parfaitement conforme à la constitution du pays. Le point final à une croisade longue de plusieurs mois.

Au Royaume-Uni, les conservateurs le regrettent et pour cause. Ils espéraient que la République tchèque tiendrait bon jusqu’aux élections du printemps et leur très possible retour au pouvoir. Ils comptaient organiser dans la foulée un référendum sur le Traité de Lisbonne. L’amer commentaire de leur chef de file, David Cameron : “Les travaillistes auraient pu organiser un référendum. Ils pourraient encore le faire. Mais ils ont refusé, ils ont laissé tomber les gens, et ils devraient s’en vouloir de ne pas nous avoir donné une chance de dire que ce nous pensions sur un traité européen aussi important.” Tous les Etats membres de l’Union ayant à présent achevé la ratification du Traité de Lisbonne, son entrée en vigueur pourra avoir lieu dès le 1er décembre. La présidence suédoise s’y est engagée.